Dossier Laurence Sirac

NDLR: Pour voir les images (preuves), téléchargez le PDF (en commentaires)


Dossier : Laurence Sirac et la formation « Datasperger »

 

En octobre 2019, le magazine de la Santé sur France 5 a complaisamment fait la publicité d’une formation « réservée autistes Asperger », proposée par l’école de management de Grenoble (source : https://www.youtube.com/watch?v=A2kfgXeA4Fs )

Nous, personnes autistes, sommes en droit de creuser plus profondément le contenu et les promesses de cette formation, ainsi que le passif de ceux qui la proposent, derrière le tapis médiatique qui leur est déroulé…

Un coût démentiel

 

La mise en place de cette formation a été financée via un appel à la générosité publique (voir : https://www.helloasso.com/associations/fondation-gem-school-for-business-and-for-society/collectes/datasperger ) et diverses campagnes.

Alors que des systèmes tels que celui de l’université Aspie friendly sont publics, la formation « Datasperger » est privée, et fort coûteuse pour ceux qui la « suivent ».

Cette formation non-diplômante est facturée « 5 000 € TTC éligibles aux aides à l’emploi avec facilités de paiement », et coûte(rait?) 20 000 euros par étudiant au total (source :https://www.grenoble-em.com/actualite-entreprises-comment-sengager-pour-une-cause-lexemple-de-giving-tuesday ), le tout pour 500 heures de cours en 6 mois, dont 300 à domicile, 200 en présentiel, et 3 mois de stage.

Ce coût démentiel est largement capté par les « coachs », qui devraient assurer 70 heures de coaching « en présentiel ».

Dans l’appel au soutien financier (lien Helloasso plus haut), le budget prévisionnel est annoncé à 350 000 €, dont 100 000 € de frais de scolarité (pour 20 étudiants), soit 17 500 €  par étudiant, sur 8 semaines.

Pour comparaison, une année complète de formation chez HEC sur site est facturée 15 280 €

Une formation ségréguée et excluante

Cette formation est réservée à des personnes diagnostiquées sur une entité médicale qui n’existe même plus officiellement, le syndrome d’Asperger. Les responsables se paient même le luxe d’écarter les profils « trop handicapés » (témoignage privé) de leur formation « Datasperger ».

La « Stratégie nationale pour l’autisme au sein des troubles du neurodéveloppement 2018-2022 » (voir : https://handicap.gouv.fr/IMG/pdf/strategie_nationale_autisme_2018.pdf ) encourage la déstigmatisation (p. 105), prévoit l’amélioration de l’accueil dans l’enseignement supérieur (p. 100), et surtout demande des parcours de droit commun et d’inclusion scolaire (p. 87),  ce que n’est pas la formation « Datasperger ». Les 20 à 25 personnes « Asperger » sont « entre elles » et « étiquetées » de par la simple mention du suivi de la formation « Datasperger » sur le CV.

 

Des promesses bidon

La communication médiatique s’appuie sur une affirmation péremptoire : « 900 000 emplois dans le secteur des data seront non pourvus en 2020 ». Elle essentialise aussi les adultes autistes, en prétendant que tous seraient intéressés par l’informatique et les data.

 

C’est faux.

 

Dans son rapport sur l’emploi des adultes autistes en France (https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_josef_schovanec.pdf), Josef Schovanec écrit à juste raison que « les personnes autistes intéressées par l’informatique sont minoritaires voire relativement rares » (p. 50).

 

Par ailleurs, un jeune travailleur « étiqueté autiste » ne peut espérer ni salaire élevé, ni statut privilégié au sein d’une entreprise, et encore moins en faisant valoir cette formation non-diplomante.

 

Une formatrice bidon et manipulatrice : Laurence Sirac

 

Initiatrice et directrice de ce projet, madame Laurence Sirac fait valoir des compétences qu’elle ne détient pas. Ses « méthodes » thérapeutiques proches des pratiques sectaires lui ont valu en 2017 et 2018 plusieurs signalements à la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires), ainsi qu’une plainte de l’ex-président du CRAIF, Thomas Bouquet.

 

Sur son site internet, elle se présente comme coach et psychothérapeute, intervenant pour les particuliers et les entreprises : https://laurencesirac.fr/

 

Elle met en avant un DUTCC « Diplôme Universitaire en Thérapie Comportementale et Cognitive » (https://laurencesirac.fr/a-propos/ ). Il s’agit en réalité d’une formation continue payante de 20 jours, répartis sur deux ans, organisée par l’Université de Savoie Mont Blanc, et réservée à des personnels de santé, une formation à laquelle elle n’était… pas éligible.

Cette formation non diplômante est centrée sur les addictions, en particulier à l’alcool. Elle n’a rien à voir avec l’autisme (http://formations.univ-smb.fr/fr/catalogue/diplome-d-universite-1/sciences-humaines-et-sociales-SHS/du-therapies-comportementales-et-cognitives-dependances-program-du-therapies-comportementales-et-cognitives-dependances.html).

 

Avoir pu s’inscrire à cette formation ne confère aucun titre universitaire ouvrant droit à une pratique thérapeutique. Madame Sirac exerce une activité thérapeutique sans être enregistrée à l’ARS, sans numéro ADELI (puisqu’elle n’a pas le diplôme nécessaire), sous le code APE 9609Z, soit hors conseil à vocation thérapeutique (https://www.societe.com/societe/laurence-sirac-baudelin-812662385.html ).

Sur son site (section Qui-suis-je ?), madame Sirac revendique une formation au traitement de l’état de stress post-traumatiques (ESPT) par une approche EMDR. L’EMDR est une formation pointue  ouverte « aux psychiatres, internes en psychiatrie à partir de la 3ème année de spécialisation, aux psychologues titulaires d’un DESS/Master 2 et de psychothérapeutes accrédités par l’ARS » (voir : https://www.emdr-france.org/web/pre-requis/ ). Interrogé, EMDR France ne connaît pas madame Sirac, qui n’apparaît sur aucun de leurs annuaires.

Madame Sirac a participé à une formation de 2 jours baptisée REMAS (EMDR). Cette formation est organisée en Suisse, à titre privé par le biais d’un organisme appelé « Approche Complémentaire » est animée par deux intervenants de la formation universitaire du DUTCC (http://www.approchecomplementaire.net/ ). Pour s’inscrire à ces formations, il suffit de « trouver un nombre minimum de 6 personnes » et de les financer avec possibilité de « dormir gracieusement sur place »…

Sur son site, Madame Sirac revendique une appartenance à l’AFFORTHEC, Association Francophone de FOrmation et de Recherche en Thérapies Comportementales et Cognitives.  L’inscription à cette association se fait en ligne, sans exigence particulière (voir leur site).

Madame Sirac annonce sur son site web qu’elle suit une charte déontologique interdisant tout rapport d’ordre privé avec ses « patients ». Au mépris de sa propre « déontologie », elle reçoit pourtant ses « patients » à domicile (parfois après recrutement sur les réseaux sociaux), en leur promettant monts et merveilles :

Elle viole le secret professionnel, et prend en main la rupture parentale de l’un de ses « patients / coachés ». Elle entretient avec lui un dialogue via Facebook, se félicitant de lui avoir permis « de mettre fin à l’asservissement parental, et à la quête identitaire imposée par autrui » :

Ce même patient assure ici lui-même avoir été coaché par Laurence Sirac :

 

Sur son CV Linkedin, Laurence Sirac s’approprie les succès (obtenus bien avant de la connaître) de cet homme adulte, sans l’anonymiser, et va jusqu’à le qualifier nominativement « d’exemple de coaching réussi » :

Depuis les signalements Miviludes (en 2017 et 2018), madame Sirac fait valoir qu’elle serait elle-même « Autiste Asperger », grâce à un diagnostic CRA obtenu en 2012, communiquant abondamment à ce sujet (par exemple ici https://www.ledauphine.com/isere-sud/2018/11/04/bonjour-je-m-appelle-laurence-sirac-et-je-suis-autiste-asperger et là : https://www.youtube.com/watch?v=sYfG4bdwJx0 ).

L’interview que Laurence Sirac a donné pour Grazia relève d’un incroyable moment d’amateurisme et de pathologisation médiatique de ses étudiants : https://www.grazia.fr/news-et-societe/societe/grande-ecole-cherche-autistes-911845

« De la vraie caricature de geek au quadra en reconversion et en grande souffrance, en passant par un candidat de 35 ans qui ne parle quasiment pas, les 28 présélectionnés balaient le spectre des syndromes Asperger ». Laurence Sirac ignore que l’Asperger » n’existe plus dans les classification, et pire qu’il ne s’agit pas d’un « spectre », mélangeant avec le spectre de l’autisme !

Pire, elle laisse l’un de ses étudiants se présenter de manière extrêmement dévalorisante dans cette interview : « Sa mère l’a longtemps cru « psychopathe, dit-il. Je congelais des insectes avant de les épingler et je ne pleure jamais. Je n’ai aucune empathie » ». S’ensuivent les bons conseils de la mère Sirac : « « Va te reposer, lui conseille Laurence Sirac, à la pause de midi. La journée va être longue. » Trop fatigué, il risquerait d’avoir envie de « se retirer en lui-même » ».

Madame Sirac, de divers avis concordants recueillis oralement auprès de personnes qui l’ont côtoyée, n’a hors caméra, aucune des caractéristiques typiques des personnes autistes (pas de difficultés d’ordre social, aucun centre d’intérêt spécifique, aucune stéréotypie), mais toutes les caractéristiques d’une psychopathe manipulatrice, cela étant largement attesté via des échanges par mail, de la part de personnes qui l’ont côtoyée sur le long terme avant son arrivée dans l’enseignement « Datasperger » :

Elle pousse ses « coachés » à rédiger des messages louant ses qualités et à sa seule gloire, pour entretenir son image !

 

Si vous êtes étudiant dans la formation Datasperger, et avez été victime de comportements et/ou de propos déplacés ainsi que de manipulations de la part de Laurence Sirac, vous pouvez nous envoyer anonymement votre témoignage. Vous n’êtes pas seuls.

1 thought on “Dossier Laurence Sirac”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


The maximum upload file size: 4 MB.
You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, text, archive, code, other.
Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded.